IT SOLUTION, Atos est le 5ème intégrateur mondial en termes d’IT global

  • Auteur

    It Mag
  • Publié le

    30 Nov 2016
  • Catégorie

    Inside
  • Nbr vues

    615 fois

Bien installé à l’avenue Noguès, au 4ème étage de l’immeuble Kaharrat, le Groupe Atos Bull s’est spécialisé dans le réseau et le développement de solutions de sécurité. M. Boukary Ouedraogo, son Directeur général pour la zone Côte d’Ivoire et Afrique central, nous parle à travers cette interview, des enjeux de sa structure et des perspectives IT en Afrique.

Quel est le cœur de métier d’Atos Bull ?

Atos est le 5ème intégrateur mondial en termes d’IT global. Atos conçoit et met à la disposition de ses clients des solutions pour gérer leurs activités en termes de numérique. Nous sommes donc au cœur de la digitalisation de tous les process qui tournent au sein de ses entreprises. Atos Bull Côte d’Ivoire diffuse donc dans la zone de couverture les offres du Groupe en matière d’IT.


Quel est la vision du Groupe en termes de développement d’activité, en particulier en Côte d’Ivoire ? 

Historiquement nous sommes en Côte depuis 1959 à travers la marque Bull, plus connu comme concepteur et fabricant d’ordinateurs, notamment de gros systèmes. Bull a été racheté il y a deux ans par Atos connu comme acteur d’IT en termes d’intégration de solution donc logiciels et services. Aujourd’hui, combinant les forces de Bull et d’Atos, nous avons eu une couverture global de l’ensemble des entreprises et des organisations dans le domaine des IT. La stratégie du groupe est de se développer en Afrique avec à l’heure actuelle 3 000 collaborateurs (6 mille à l’horizon 2020). En Côte d’Ivoire, nous sommes une filiale en pleine expansion avec une activité qui tourne autour de deux grands pôles : d’une part, nous visons la fourniture d’infrastructures informatiques pour la gestion des grandes entreprises et des organisations et d’autre part la fourniture de solutions autour des grandes applications génériques éditées par un certain nombre de nos grands partenaires dont SAP, Oracle, Microsoft


Qui sont les clients d’Atos Bull ?

On retrouve les clients d’Atos Bull dans plusieurs secteurs d’activités et le premier d’entre ces secteurs avec qui nous travaillons, c’est les télécommunications. Notre plus grand client en Côte d’ Ivoire n’est autre qu’ORANGE CI à qui nous fournissons une grande partie de l’infrastructure IT. Nous avons également comme client et partenaire MTN CI et MOOV avec qui nous traitons également dans la sous-région (Togo, Bénin, Niger…) et même dans l’Afrique centrale. Outre ce gros secteur avec qui nous traitons, il y a celui des banques dont NSIA Banque, SIB, Atlantique Banque. On travaille avec ces banques sur l’ensemble de la zone UEMOA.



Le Groupe Atos est intéressé à accompagner certaines structures comme l’ESATIC en termes de mise à disposition d’expertises. Quel est le contenu de ce projet ?

Le groupe est engagé sur plusieurs fronts pour aider à la modernisation des services IT de nos clients. Avoir donc des outils performants est une bonne chose mais savoir s’en servir pour performer est une autre paire de manche. Cela nécessite donc de disposer de compétences et c’est en cela qu’Atos intervient parce qu’elle dispose de savoir-faire dans le domaine de l’éducation. Nous envisageons effectivement d’accompagner un certain nombre de structures dans la conception des programmes et éventuellement le déroulé d’un certain nombre de formation qui puisse être effectivement adapté aux besoins du marché. Nous le faisons déjà dans certaines zones de l’Afrique et nous comptons le mettre en œuvre ici en Côte d’Ivoire.


Vous envisagez également mettre en place un supercalculateur pour l’ensemble des universités et à l’attention de la communauté des chercheurs de Côte d’Ivoire…

C’est un projet qui n’est pas totalement finalisé donc comprenez que je n’entre pas dans tous les détails. Mais pour vous donner un aperçu du projet sachez qu’il est parti d’un constat : nos recherches en Afrique souffrent d’un certain nombre de freins ; et l’un des freins majeurs c’est la disponibilité d’outils de simulation qui permette à nos chercheurs d’exécuter les codes dont ils disposent afin de vérifier les résultats de leurs recherches. Ils sont donc très souvent amener à aller en Europe pour cet exercice dans des temps limités rendant ainsi pénible leur travail. La Côte d’Ivoire a pris une décision importante en mettant à la disposition des chercheurs et des étudiants de centres de recherches, des laboratoires équipés d’outils performants dont le supercalculateur. C’est un outil important qui va rentrer dans le Top 500, les 500 calculateurs les plus puissants au monde qui va servir à la recherche et permettre de faire progresser les travaux de recherche. Cela permettra également de participer à une certaine maîtrise de nos données, on parlera alors de souveraineté des données. La recherche dans un Etat est fondamentale et le gouvernement ivoirien l’a compris… Les choses sont donc en cours pour la mise en place de ce supercalculateur.


Que fait le groupe Atos pour renforcer sa présence en Côte d’Ivoire ?

Le Groupe a de grandes ambitions pour l’Afrique et en Côte d’Ivoire, c’est une présence de plus de 50 ans, avec environ 35 collaborateurs que nous comptons doubler d’ici à fin 2007 avec des compétences assez pointues dans le domaine des télécommunications. Nous attendons encore monter des pôles de compétences dans le domaine des solutions bancaires et nous envisageons consolider et élargir nos compétences dans le domaine de la gestion des cœurs de réseau. Tout ceci mis l’un dans l’autre, fera que dans un ou deux ans, on devrait atteindre la centaine de personne à Atos Côte d’Ivoire. Et c’est le même mouvement que nous allons observer dans toutes les filiales en Afrique.


En termes de perspective, comment vous voyez l’avenir des IT en Afrique ?  

Assurément les perspectives sont bonnes et rassurantes ; les IT sont un moyen pour l’Afrique de réduire la fracture de développement qu’il y a entre l’Afrique et les pays développés. D’ailleurs dans un certain nombre de domaine, on a vu que l’innovation vient de l’Afrique et aujourd’hui vu les initiatives qui sont prises par certains Etats africains dont la Côte d’Ivoire en termes TICs, il y a de la matière à croire à des retombés favorables. Et Atos entend prendre part à cette embellie, à cet essor en apportant son savoir-faire, un savoir-faire mondial, pour accompagner à la fois les entreprises privées et les gouvernements en Afrique de façon à moderniser les outils de travail et la gestion de ces outils pour en tirer le meilleur parti.


Bullion, le serveur x86 haut de gammes de Bull, bat un record mondial

Les serveurs bullion de Bull, la marque d'Atos dédiée aux produits technologiques et aux logiciels, battent une fois encore des records de performance, d'après le benchmark international de la Standard Performance Evaluation Cooperative (SPEC)*. Réalisée sur une configuration 16 sockets, ce benchmark montre que les serveurs d'entreprise haut de gamme x86 bullion atteignent des niveaux de performance exceptionnels et sont les plus puissants en termes de vitesse et de mémoire.


Caractéristiques des offres x86 de bullion :

  • Une capacité de mémoire exceptionnelle, jusqu'à 24 To (téraoctets), pour gérer les applications big data, en mémoire et en temps réel, comme SAP HANA®
  • Réduction du coût total de possession des clusters de virtualisation
  • Virtualisation des applications critiques
  • Technologie logicielle alternative à moindre coût pour les systèmes Sparc et HP-UX