Services postaux africains : Se digitaliser ou périr

  • Auteur

    Adama Coulibaly
  • Publié le

    09 Dec 2016
  • Catégorie

    Actualité
  • Nbr vues

    586 fois

Le Forum postal africain dont la Côte d’Ivoire est le pays hôte pour la deuxième fois consécutive du 07 au 08 décembre, a été une plateforme d’échange et surtout de réflexion sur les enjeux de la digitalisation des postes africaines dont la survie est en jeu, si elles ne s’inscrivent dans la dynamique de la numérisation à laquelle peu d’entreprises ne pourrait échapper de nos jours.

La transformation digitale des entreprises s’apparente vraisemblablement à un processus irréversible surtout pour les acteurs de la poste, visiblement inquiets par les nouveaux services électroniques de commerce et de distribution de courriers. C’est donc pour être en phase avec l’évolution permanente des économies vers le numérique, que s’est ouvert la plateforme d’échange entre les manager des postes africaines à Abidjan. Selon Henry Aussavy, le président du Forum Postal Africain dont la Côte d’Ivoire est le pays hôte pour la deuxième fois d’affilée, « la poste n’a d’autre choix que de se moderniser ou disparaître ». La modernisation est plus qu’un impératif dans un contexte de concurrence féroce où les services postaux semblent démodés et surtout supplantés par de nouvelles offres de services des entreprises à la pointe de l’innovation technologique.

La fin du courrier postal ?

A priori, l’échange épistolaire qui a constitué pendant des siècles le moyen privilégié de communication et de partage d’information n’est plus à la mode avec l’avènement d’internet et des mails. Le commerce en ligne rencontre de plus en plus de succès dans les villes africaines. L’achat ou la livraison d’un colis se fait avec une célérité incroyable de nos jours en un seul click. Toutes ces innovations ont entraîné une baisse drastique des activités des postes et elles semblent également avoir sonné le glas du courrier et des courtiers qui perdent leurs emplois. L’actualité du moment accrédite d’ailleurs notre propos puisque la poste française est plus que jamais dans la tourmente. Elle cherche actuellement des solutions pour préserver les emplois de nombre de ses salariés. Quant à la Côte d’Ivoire, elle a entamé son virage numérique en proposant de nouveaux services notamment le mPost (un service mobile banking de paiement de facture d’électricité, d’eau et de paiement des taxes de l’Etat) présenté par Isaac Gnamba Yao, dg de la poste de Côte d’Ivoire.

Courrier hybride

Selon Fouad Zaîdi,directeur central de la poste digitale du Maroc, la digitalisation de l’activité postale implique une transformation transversale à toutes les dimensions des entreprises de poste (leur culture, leur fonctionnement, leur offres de services…).Aussi plaide-t-il pour le courrier hybride, c’est-à-dire le traitement électronique des colis et autres courriers facilitant leur acheminement vers leurs destinataires. Il a également appelé l’Union postale universelle (UPU) à s’impliquer davantage dans la formation en ligne des agents de poste à travers les MOOC.